Dans ma caboche...

Fan de comics et de bds en générale, je couche sur papier mes idées, mes peines et mes joies. Nouvelle formule! Maintenant disponible en format BD^^

20 septembre 2008

La Fanfic du Samedi

Chap 2 : Professeur XAVIER

Alors que je vois mes X-men partir chacun leur tour vers leur destination, je repense à la conversation que j’ai eue avec Moira au téléphone à la fin de mon entrevue avec Kurt.
Elle me disait qu’elle avait eu des informations intéressantes. D’après ses sources, Magnéto aurait envoyé la mutante métamorphe Mystique en «mission de recrutement». Elle me dit aussi que ses ordinateurs sur l’île Muir ont des dysfonctionnements. Ils n’arrêtent pas de repérer une activité mutante au large de la baie de l’île. Pourtant, après y avoir effectué des rondes et des recherches, rien ni personne n’a été trouvé.
Afin d’en avoir le cœur net, je décide d’aller piloter Cérébro tard dans la nuit, en quête de réponse. J’arrive à hauteur de la serrure qui requiert mon empreinte optique. « Bienvenue, professeur », me lance la douce voix de synthèse.
Je pénètre alors dans mon sanctuaire.
Je conduis mon fauteuil sur une nacelle qui mène au cœur d’une grande salle ronde, truffée de plaques d’un métal bleu sombre. Au bout, un pupitre servant de commande sur lequel trône l’outil indispensable pour le télépathe que je suis.
Avant d’activer la séquence d’allumage de Cérébro, j’effectue les dernières manœuvres de sécurité, ajoutés depuis l’épisode d’Alkali Lake par mon ancien élève, Hank Mc Coy.
Une fois fait, je saisis le X-phone qui était resté sur mon accoudoir et compose le numéro dit «universel » afin d’avoir toutes les personnes au bout du fil. Je m’adresse alors, simplement, à tous les X-men.
- Mes amis, j’espère que vous êtes tous, sans exception, arrivés à destination sans encombre. Vous remarquerez que vos appareils de communications ont étés modifiés afin d’y ajouter quelques éléments complémentaires dans le but de mieux accomplir votre mission. Vous constaterez que dans le petit compartiment central se trouvent trois petites gélules. Elles ont étés mis au point par le Docteur McCoy.
La pillule bleue contient un émetteur qui brouille votre signature génétique à l’approche de détecteurs spéciaux. Les Sentinelles en sont peut-être équipées. N’oubliez pas que malgré le silence planant autour de ce projet gouvernemental nous ignorons à l’heure actuelle si il a été mis en route. La durée de cette géllule étant d’un maximum de 12h, je vous conseille de la prendre d’ici 3h. L’apparition du symbole «X » sous la peau d’une de vos épaules signifiera que vous serez à l’abri. La géllule verte est un puissant antidote contre une vingtaine de virus et contre plusieurs sérums de vérité. Aussi vous en aurez tout de même besoin, Logan (celui-ci me répond par un «ouais » évasif). Pour finir, la pillule rouge.
Elle est destinée au mutant que vous aurez retrouvé. Celle-ci lui permettra à son cerveau d’entrer directement en connexion avec moi, avec ou sans Cérébro. Je couvre de grandes distances en effet, mais pas suffisamment afin d’entendre clairement et distinctement chacunes de toutes ces pensées. Aussi, je me servirais de Cérébro le plus souvent possible les prochaines 48h…


Coupant la communication, je retourne au pupitre et active la séquence de lancement. Une profonde inspiration et je m’engage dans la vaste carte du monde où les signatures mutantes sont baignées dans un halo rouge pastel. Les traces les plus familières, celles de mes élèves, sont enregistrées par Cérébro qui les met aussitôt en relief.
Soudain, une violente et sourde détonation retenti en écho dans ma tête, m’arrachant aux commandes de la machine. Tentant de repérer la source de ce vacarme, je reste pétrifié, avant de me concentrer à nouveau.
Les milliers de petites flammes vire voletant devant moi sont soufflées par une force qui semble omniprésente. Je constate alors que ces mêmes flammes commencent alors à former une image floue, indistincte.
Rapidement se dresse devant moi un regard froid, cruel, dépourvu de toute bonté.
« Toi ! , fit la voix, tu seras le seul témoin… »
Puis plus rien.
Cérébro se remet alors à fonctionner normalement au bout de quelques secondes. Le souffle haletant, je reprends lentement contrôle. Qui est cet homme ? Quel est cet esprit aussi puissant ? Comment a-t-il pu me surprendre de la sorte ? Ce fut si rapide que je ne peux émettre aucune supposition sur l’identité du responsable.
Eric LENSHERR ne peut faire cela. Sa spécialité c’est le métal et les champs magnétiques. Et aucun de ses disciples n’est en mesure d’accomplir une chose pareille.

Je pilote alors Cérébro et me met en quête d’une signature particulière. Rien, si ce n’est les signatures des X-men. Repensant à Moira et à son histoire de mutant invisible, je me focalise sur l’île de Muir. Rien n’apparaît.
Ce n’est qu’au bout de quelques minutes que je décide de quitter Cérébro et appelle Moira sur-le-champ.
- Allô, Moira ? Ici Charles. Est-ce que ça va ?
- Bonjour, Charles. On ne peut pas dire que ça aille fort. Nos chercheurs ont trouvé une nouvelle forme de bactérie, tu te souviens ? C’était il y a quelques mois, près de Alkali Lake, là où il y a eu l’ancienne base militaire. Ecoute, Charles, je n’ai rien vu de semblable. Cette chose est pire que le virus Ebola. Ce virus baptisé si promptement « Legacy » mute sans arrêt. Et je crains qu’il touche tous les êtres vivants, mutants ou non. Un incident a lieu au labo hier soir…
- Que s’est-il passé ?
- Je vais bien… Deux de mes chercheurs sont allés voir où le virus en était. Un mutant, Jamie Madrox, que tu as dû connaître malgré son bref séjour dans manoir…
- Oui, je me souviens de lui, répondis-je pensivement. Il est doté du pouvoir de multiplicité sur son corps et sur sa conscience, ce qui est extraordinaire, Moira.
- Et bien pratique pour toutes les choses qu’il a fait ici jusqu’à présent, ajoute la généticienne…Un humain était avec lui. Le docteur Connors, en visite chez nous pour guérir de son syndrome reptilien. Une fiole s’est effrité. Le débris a déchiré la combinaison de Madrox. Affolé, il s’est rué sur Connors et lui a refilé cette saleté… Bien sûr, dès que l’incident s’est produit, nous avions vu qui a contracté le virus. La pièce où ils demeuraient a été immédiatement isolée.
- Moira, je suis désolé.
- Ne le sois pas, Charles. Un jour viendra où je viendrais personnellement à bout de cette immondice. Mais je n’y arriverais pas seu…CLIC !
- Moira ? Moira, es-tu là ? Allô ? Moiraaaaaaa ! !

De la friture sur la ligne téléphonique, des perturbations qui font émettre des dysfonctionnements sur la plupart des machines électriques du manoir.
J’en ai alors la certitude.
Il est ici.
Mon vieil ami a le culot de pénétrer dans ma propre maison. Me dirigeant vers l’entrée principale, je fige mentalement quiconque se trouvant dans un rayon de cinq cents mètres, humains ou mutants. Je sais pertinemment que Magnéto n’en veut pas à mes protégés, lorsqu’il agit de la sorte.
Je le vois alors approcher lentement à travers la baie vitrée, lévitant grâce à son pouvoir sur les champs magnétiques, arborant son casque, qui est je l’avoue, une prodigieuse et néfaste invention à la fois.
Cet objet ornant sa tête a en effet pour but de bloquer toute intrusion télépathique dans son esprit. Y compris et surtout la mienne. Il atterrit avec souplesse à un mètre devant moi sur l’épaisse pelouse du jardin.
- Charles, mon vieil ami, toujours en vie ? Il esquisse un fin sourire.
- Erik, lui dis-je en inclinant très légèrement la tête pour le saluer. Pourquoi tant de scène à chaque fois que tu viens ici ?
- Chaque fois ? Ta mémoire te joue des tours. Cet endroit m’est quasi interdit. Les rares fois où j’ai pu te rencontrer ici, cela s’est toujours fini par une émeute générale en mêlant tes élèves et les autorités des Homo Sapiens.
Cette ancienne connaissance faisait effectivement en sorte que nos discussions se termine toujours par une bataille aux dégâts proportionnels à nos pouvoirs.
- Charles, si je viens cette nuit, c’est pour éviter une énième confrontation. D’autant plus que je sais de sources sûres que tes élèves les plus doués ne sont pas là.
- Alors comme ça, tu nous espionnes, Erik.
- S’il te plaît, arrête de m’appeler par ce prénom abject. Je ne le supporte plus. Tu sais que ça a le don de m’énerver. Tu ne veux pas m’énerver, Charles ?
A ces mots, mon fauteuil émet des tremblements, soumis à des champs magnétiques contrôlés par son esprit.
- Ecoute-moi attentivement. Je suis venu ici pour te mettre en garde. Te prévenir que ta petite mission de recrutement n’est pas aussi bénéfique que tu pourrais le penser. Ni pour toi, ni pour moi… Il marque un temps, afin de trouver les mots justes. Puis il reprend d’un ton plus grave qu’à l’ordinaire.
- Je sais ce que tu trames. Tu essaies de rallier de jeunes mutants à ta cause désespérée, mais tu risques de mettre en danger tes proches…Mais aussi toute la communauté Homo Superior. Et ça, je ne le tolérerais pas. Je suis en possession d’informations capitales pour les prochains événements. Trop peu malheureusement pour avoir trouver le moyen d’éviter le pire. Cependant, tiens tes X-Men en laisse mon vieil ami. Ou je m’en chargerais…
- Eri…Magnéto, que veux-tu me dire ? Qu’un mutant pourrait avoir la puissance de nous décimer tous ? (Il fronce imperceptiblement ses sourcils blancs).
- Saches, pour être «sport », que j’ai mis mes protégés sur la trace des tiens afin de constater si mon hypothèse selon laquelle tu te fourvoies est fondée. Ce n’est pas dans mes habitudes, je te l’accorde. Mais les temps changent. Je ne veux pas tenter le diable, Charles.
- Dis-moi qui est une menace pour nous !
- Ca, je te laisse découvrir par toi-même, mon vieil ami ! Il tape alors son index sur son casque. Très rentable cette invention, n’est-ce pas ? Toi qui voulais un peu d’espoir, tu devras le trouver seul !
Il commence une lente ascension vers le ciel et me regarde dans le blanc des yeux. Il inspire profondément alors qu’il est de plus en loin de moi, pour rugir à mon attention :
- Qui plus est, si ton erreur peut coûter la vie de quelques-uns de tes précieux élèves, je ne peux que me réjouir ! !

Avant de n’être qu’un point dans l’horizon, je remarque furtivement qu’il porte une main à son oreille et que ses lèvres prononce un mot.
« Mystique »

Posté par Alrik à 00:24 - Just Bla-Blah - Permalien [#]