Dans ma caboche...

Fan de comics et de bds en générale, je couche sur papier mes idées, mes peines et mes joies. Nouvelle formule! Maintenant disponible en format BD^^

06 septembre 2008

Ma Fanfic X-Men

Il y a quelques années, j'ai écrit une fanfiction sur les X-men, avant la sortie du troisième volet (bouse?) fait par Ratner...
Vous aurez droit à un chapitre tous les samedis (qui a dit que c'était une note facile??^^)

Cette fic se situe à mi-chemin entre les films, les DA et les comics éponymes.
Ce n’est que le fruit d’un délire, une envie.

Avant le Prélude, une rapide mise en situation.


Les mutants du télépathe Charles XAVIER ont eu fort à faire ces derniers temps, entre les humains qui les rejettent alors qu’ils ne veulent être que leurs semblables, les extrémistes, comme les adeptes du Puissant mutant nommé Magnéto ou encore les folies du Général déchu William STRYKER, avide de nettoyer les mutants de la surface du globe, par aversion pour son fils, lui-même mutant.

Les pertes occasionnées par ces batailles sont toutefois visibles des deux cotés, humains comme mutants…

Dernièrement, l’Institut Xavier pour jeunes surdoués tente de recouvrir au calme qui l’habitait jadis. Le télépathe Charles XAVIER a pu, grâce à Cérébro, «recruter» un nouveau mutant. Kurt WAGNER, « Diablo ». Ce téléporteur, autrefois pion de STRYKER dans son plan d’élimination des mutants, est devenu par ses actes et son courage un X-man à part entière, il intègre l’Institut pour une période encore non définie.


C’est là que commence notre histoire…




Prélude….

Le froid. Le vent. Du fond d’une grotte, en bordure d’une mer déchaînée, des cliquetis de métal rythme les vagues qui se brisent devant l’entrée de pierre. Accroupi dans l’ombre, une silhouette noyée sous des chaînes attend patiemment son heure…


Chap.1 : Diablo l’incroyable.

Institut Xavier. Mein gott. Le réveil-radio digital sonne pour la deuxième fois et une fois encore, je me suis réveillé avant lui. Le même cauchemar qui hante mes nuits depuis une semaine me tire du sommeil salvateur. Arrêtant le réveil de ma longue queue fourchue, je prends le temps de remettre mes idées en place.
Ces flashs violents qui m’assaillent n’ont que des images violentes. Je me vois courir dans de longs corridors d’un blanc nacré. Le soufre emplit l’air. Je me téléporte d’un bout à l’autre d’une vaste demeure, semant la confusion de leurs occupants. . Je me souviens de…Mein Gott… Je me bats contre des hommes, qui me veulent du mal… J’exécute une danse macabre. Mon agilité, ma force et ma capacité à me téléporter fait de moi leur pire adversaire…Je vois les cœurs de ses pauvres pêcheurs se remplir de crainte et de colère envers moi.
Soudain, une silhouette se dessine devant moi. Je distingue avec peine un sourire froid. Son bras se lève à hauteur de son épaule, au bout duquel une lumière rouge brille de plus en plus.
Puis le blanc.
Sortant de mon inertie, je décide de faire ma toilette matinale.
Arrivé devant la glace, le même constat. Toujours la petite fourrure bleue recouvrant ma peau, toujours trois doigts à chaque main, deux orteils à chaque pied. Toujours un mutant, objet de haine et d’incompréhension des humains.
Seuls mes traces de scarifications m’ont étés ôtés par chirurgie laser, grâce aux soins Der Professor. Même ce petit trou sur ma nuque. Les symboles religieux qui recouvraient mon corps, ces marques que je m’étais faites ont étés une période de ma vie.
Maintenant, ma vie est ici. Avec les miens.
Une fois douché et habillé d’un tricot et d’un jean noir, je descends de la chambre en prenant le petit déjeuner avec mes nouveaux compagnons.
Le manoir était vaste. Je ne me risque pas encore à me téléporter. Je dois voir les moindres recoins de cette maison si je ne veux pas finir dans un mur.
Arrivant à l’encadrement de la porte menant à la cuisine, le brouhaha que je percevais du couloir s’arrête.
Un grand jeune homme aux lunettes d’un rouge vif m’adresse un franc sourire et me lance :
- Bonjour ! C’est donc toi, Kurt ? Enchanté, je m’appelle Scott SUMMERS. »
Il marque un temps d’arrêt en me tendant la main dans l’espoir de la lui serrer. Je reste là, un peu ahuri. Des rires sourds parcourent la petite assemblée d’étudiants autour de nous. C’est la première que je vois cet homme depuis mon arrivée au manoir. Il était dans le Jet le jour de la disparition de Mademoiselle Grey, mais je ne l’avais pas recroisé depuis.

«  C’est parce qu’il était parti en mission pour moi », fit une lointaine voix douce. Elle résonne dans ma tête.

Le bruit électrique de roues s’estompe derrière moi. Je fais volte-face. Charles XAVIER. Il me sourit avant de continuer sa silencieuse phrase, en me parlant cette fois.
   -     Comment allez-vous aujourd’hui, Kurt ?
- Ce…Je vais bien, merci. Dites-moi, pourquoi portez-vous donc des lunettes ?
- Tu ne le sais pas ? , réponds SUMMERS, j’ai des yeux puissants qui peuvent transpercer les murs…d’après les dires de certains élèves, ajoute-t-il d’une voix amusée. Il toise l’assistance avec un sourire ironique.
- Yawohl, bien sûr… Cyclo, c’est ça ?
- Cyclo-PE !!, corrige le mutant.
- Si voulez bien, mes amis, dit XAVIER après avoir émit un léger rire, nous allons à mon bureau, Kurt et moi. Une fois qu’il se sera rassasié, bien entendu. Je vous souhaite à tous une bonne fin de journée, ajoute-t-il en s’adressant aux élèves.

Prenant un plateau contenant une part de pudding, des céréales et un jus de fruits, je mange rapidement au coin d’une table.

Le télépathe me lance alors un regard en coin accompagné d’un sourire et m’invite à le rejoindre à son bureau. Quelques couloirs plus loin, il me demande sur un ton proche de la confidence.
- Tes rêves sont agréables en ce moment ?
- Je… Non, Herr professor. En fait, ce serait même plutôt des cauchemars.
- Veux-tu que nous en parlions ?, me demande-t-il poliment.
- Pas pour l’instant, si vous voulez bien…

Nous sommes à présent dans son bureau, confortable et éclairé. Je lui pose alors la question qui me trotte dans la tête depuis que nous avons quitté la cuisine. La raison de ma venue dans son office. Il consulte rapidement son ordinateur, imprime quelques feuilles et me les donne. Tout en les lisant, il commente ce qui semble être un dossier médical me concernant.
- Ces données sont strictement confidentielles. Personne à par moi et le Général STRYKER, qui est mort à l’heure actuelle, ne les ont lus. Tu es un mutant assez particulier, je dois l’admettre. Tu es un téléporteur, tu possèdes une apparence, une dextérité et une souplesse ainsi qu’une habilité remarquables.
Il scrute un moment la photo qui est sur son bureau. Une photo de classe jaunie avec ses tous premiers élèves, semble-t-il.
- Comme tu le sais déjà, l’école est une façade qui permet à nous autres, mutants, de nous épanouir et de comprendre le fonctionnement de nos pouvoirs afin de mieux les maîtriser. En ce qui te concerne Kurt, tu es pleinement épanoui de ce coté là. Tes pouvoirs sont contrôlés à la perfection, d’après ce que j’ai pu voir des données de STRYKER lors de tes simulations d’entraînement. Aussi, j’ai une requête à te demander…
- Quelle est-elle ? dis-je. Je suis fasciné de voir autant d’informations sur moi. Je vous dirais si c’est dans mes moyens. Je vous dois énormément, Herr professor. Ma gratitude ne sera jamais suffisante pour ce que vous avez fait pour moi.
- Tu as tort de dire cela. Tu as toi-même sauvée la vie d’une de mes élèves alors qu’elle était aspirée à l’extérieur du Jet à Alkali Lake. Tu t’es téléporté dans le vide pour sauver, Malicia il y a six mois maintenant. Tu n’as pas hésité à la rattraper. Tu as un bon fond Kurt. N’en doute jamais.

Ses mots me touchent comme une flèche de feu en plein cœur. Voilà déjà la moitié d’une année qui s’est écoulé. Tout ce temps durant lequel je me suis retouvé parmi eux, par mi d’autres mutants et que j’étais devenu l’un des leurs.
La considération der professor envers moi, je la perçois comme l’amour d’un père que je n’ai jamais eu. Charles XAVIER saisit la télécommande. Le mur à ma droite se fend alors pour découvrir un vaste écran.
- Voici maintenant plusieurs jours que nous sommes la cible des médias, commente le Professeur à la vue des archives d’informations télévisées. Mes avocats tentent avec peines de maintenir les fauteurs de troubles à distance. Notre intervention auprès du Président a porté ses fruits semble-t-il, puisqu’aucun projet de loi anti-mutants n’a été proposé. Et je sais qu’il doit donner, d‘ici peu, son opinion sur le débat des mutants lors d’un communiqué de presse, mais j’ignore encore où et quand il se tiendra. Mais en attendant cela, je sais que quelque part, Eric LENSHERR prépare une offensive pour l’occasion.
- LENSHERR ? Vous voulez dire Magnéto ?
- Oui, Kurt. Mais pour mener à bien son œuvre, il va falloir qu’il cherche d’autres mutants à rallier à sa cause. Nous ne pouvons pas le laisser faire ça. Il va y aller à tatillons. Mais nous, nous avons une longueur d’avance sur lui.

Il pointe alors son index sur sa tempe.

- Avec l’instrument Cérébro, qui amplifie mes pouvoirs, je peux trouver ses malheureux avant lui. C’est de cette façon que je t’ai trouvé. Les mutants ont des ondes cérébrales différentes des ondes cérébrales humaines. Mais je me suis aperçu récemment que chaque mutant a des ondes cérébrales spécifiques. J’ai réussi, avec l’aide du Docteur McCoy, un éminent scientifique, à sécuriser davantage l’appareil et à hiérarchiser les ondes mutantes. On peut déterminer ainsi leurs pouvoirs selon la classe d’appartenance.
- Je ne vous comprends pas très bien.
- Vois-tu, tu es un téléporteur, Kurt. Tu fais parti de la classe des Zeta. Classe des corps interdimensionnelles. Moi je suis télépathe. On peut me classer dans le groupe des Alpha, les Psychiques. Il y a aussi d’autres classes, bien sûr…
- Mais qu’est-ce que j’ai à voir avec ça, Professeur ? 
- Pour éviter un désastre, Kurt, je veux que nous soyons prêts à l’imprévu. De nouveaux cas on étés détectés par Cérébro. Ce que je te demande, c’est de…
- Professeur, Moira McTaggert vous demande au téléphone ! Elle dit que c’est urgent !

Ororo vient de franchir le seuil d’entrée du bureau en trombe. C’est drôle, mais la première fois que je l’ai vue dans la chapelle de Boston, je l’aurais volontiers confondu avec un ange si elle n’avait pas foudroyé la charpente où je me trouvais. Ses cheveux argentés m’ont plu, tout comme son visage doux et mât de peau. Elle a tout de suite su que, quelque part, je lui inspirais confiance.
- Dites-lui que je la prends ici. Merci, Ororo, mais pense à frapper à la porte la prochaine fois, lui dit-elle avec un ton enjoué… Kurt, ce que je souhaite, c’est que tu ailles voir si tu peux ramener de jeunes mutants ici, à Salem Center.
- Mais il va y avoir des risques, non ?
- Pas si tu prends les précautions que je te donnerais. Si tu fais ce que je te dis, tu as ma parole qu’il ne t’arrivera rien.
- …C’est si soudain…Moi qui pensais avoir droit à un peu de repos…
- Je comprends, Kurt, mais si nous n’agissons pas rapidement, nous aurons probablement l’éternité pour nous reposer…
- Très bien, j’accepte. Où dois-je aller ?

Et c’est ainsi que cinq heures plus tard, je me retrouvais en Ecosse. Le professeur m’avait donné rendez-vous dans les sous-sols du manoir, après avoir pris le combiné. A l’extinction des feux de 23h pour tous les autres étudiants du Manoir, j’ai rejoins ceux qu’ils surnommaient les X-men. Tornade, Cyclope, Wolverine et même le jeune Iceman accompagné de Malicia sont présents, tous en uniformes. L’homme trappu m’adresse un regard avant de dire au professeur :
- Charlie, vous n’allez pas laisser ce bleu partir tout seul dans l’inconnu ? Déjà que je n’apprécie pas de jouer les chaperons…
- Logan, fous-lui la paix, rétorque le mutant aux lunettes rouges.
- La ferme, SUMMERS, je t’ai pas sonné.
- SILENCE ! crie le professeur de sa sourde voix mentale. Je vous ai fait amener ici pour une mission particulière, que vous avez tous acceptés de votre plein gré, alors mettez vos différents de coté, je vous en prie. Bien… Tout d’abord, je tenais à féliciter nos nouveaux titulaires. Bobby, Marie, bienvenue. Je vous ai choisi afin de ramener ici des mutants aux potentiels suffisamment élevés pour intéresser notre vieil ami, Magnéto.

Le professeur entre alors dans le vestibule azuré de la salle de contrôle tout en regardant chacun d’entre nous. Wolverine émet un grognement quand le mot « Magnéto » parvient à ses oreilles. Les X-men voient en lui le pire ennemi pour tous les bons mutants et pour tous les humains.
Tout en activant la petite table ronde avec ses bâtonnets digitaux qui se mettent à représenter le globe et entoure plusieurs zones d’un gros rond épais, le Professor énonce son plan.

- Bien. Comme vous devez vous en douter, le Président doit faire une allocution pour fixer la marche à suivre concernant les mutants. Je ne connais pas son opinion. Magnéto non plus. Par ailleurs, je sais qu’une rumeur circule. Elle raconte que des robots traqueurs de mutants ont été conçus dans le but d’exterminer tous les mutants de la surface du globe. Des Sentinelles. Tel que je connais Magnéto, il va profiter de l’occasion médiatique du Président pour frapper et peut-être détruire le Sentinelles par la même occasion. Et cette fois-ci, il ne commettra par l’erreur de nous sous-estimer comme il l’avait fait à la Statue de la Liberté. Il va grossir ses rangs. Et nous aussi. C’est pour quoi Cérébro a relevé des signatures mutantes importantes sur ces différents points de la planète. Aux vues de l’urgence de la situation, chacun devra faire cavalier seul et ramener un de smutant que je vais vous assigner. Le nouveau Blackbird est à la disposition de Cyclope, qui est le seul à ce jour à pouvoir piloter. Logan, tu prendras la moto, qui est ton véhicule favori, d’après Scott. Tu iras dans le Vermont, à la recherche d’un dénommé Warren Worthigton III. Il est supposé y être pour vacances. Arranges-toi comme tu peux pour qu’il vienne ici. Mais fais-le en DOUCEUR. N’oublie pas le X-phone que voici.

Logan pris l’objet, le mis dans une des poches de son uniforme et courut vers la porte, en bousculant Scott qui était sur son passage. « Lui alors, il peut pas s’empêcher de me rentrer dans le lard », tempêta sourdement Scott.

- Bobby, tu iras avec Marie à Las Vegas, chercher un certain Remy Le Beau. Je vous y envoie ensemble par votre manque d’expérience sur le terrain. Soyez prudents et ne faites pas de bêtises. Je le saurais de toutes manières.

Ils prennent le X-phone avant que Malicia ne saisisse Iceman par les aisselles. Ils s’envolent tous les deux par l’ouverture ventrale de la rampe de lancement du X-jet. Malicia avait récemment réussi à prendre le don de voler en touchant maladroitement un rapace à la volière du manoir. Celui-ci succomba du contact mortel, mais Malicia, bien que profondément marqué par l‘événement, en était ressortie transcendée.

- Ororo, tu pars pour le Japon où une certaine «Psylocke » t’attends. Pas d’informations sur son état civil. Scott, tu pars pour Londres où un mutant répondant au nom de Hurleur dois être ramené. Je lui avais déjà envoyé plusieurs messages, tous sans réponses… Et pour toi, Kurt, l’Ecosse. Je sais que tu ne peux pas y aller si tu n’as pas vue l’endroit en particulier. Cependant, je te suggère de regarder ces clichés avec attention, ils constituent la route que tu dois prendre pour essayer de ramener un mutant du nom de Rahne. Je te souhaite bonne chance.


Ayant visualisé un nombre interminable de photos des lieux où je devais me téléporter, j’ai finis par me retrouver quelque part dans les Highlands, sous un ciel sombre et gris, un endroit que je n’avais encore jamais vu…
 

A SUIVRE…

Posté par Alrik à 00:06 - Just Bla-Blah - Permalien [#]